Numéros à l'unité

40,00 €

Béton[s] le Magazine Hors série n° 20

Sommaire

Retrouvez toutes ces thématiques au coeur du hors série !

FONDAMENTAUX : Strres. « Nous avons répondu au besoin d’un référentiel technique précis ».
LRMH. Comment bien nettoyer un béton ?
ETATS DES LIEUX : PCI. « Les mortiers de réparation constituent le cœur de notre métier ».
Sika. « Il ne faut pas confondre formation et assistance sur chantier ».
MATERIAUX : Mortiers de réparation. Couleur, texture et technicité.
MISE EN OEUVRE : Palais d’Iéna. Dupliquer les bétons Perret.
Bormes-les-Mimosas. Une marina remise à flots.
TECHNOLOGIE : R&D. Des nano-éponges dans le béton. Placeo. Ne négligez pas l’entretien des sols industriels.
MEDIATHEQUE


Béton[s] le Magazine Hors série n° 20

Edito

Du neuf avec du vieux

Si l’on accuse, de plus en plus, les industriels de programmer l’obsolescence des produits qu’ils proposent. Et que, souvent, faire réparer une imprimante revient plus cher que d’en acheter une neuve, des voix commencent à s’élever pour faire cesser ce consumérisme outrancier. Dans le domaine de la construction, l’obsolescence programmée n’est, en principe, pas d’actualité. Quoique… Rédiger un CCTP où il est précisé une durée de vie de 50 ans seulement pour un bâtiment - parce que la réglementation l’autorise ainsi - est juste stupide, surtout si cet ouvrage est construit en béton. Pour mémoire et pour ne citer que lui, le théâtre des Champs-Elysées, dont la structure en béton armé est signée Auguste Perret, a été inauguré en 1913 et il est toujours debout (et en très bon état).
A un autre niveau, les centrales nucléaires voient leurs durées de vie en œuvre prolongées par presque chaque gouvernement. Si le sujet est polémique, il met au moins en évidence que les bétons, armés comme précontraints, qui les constituent n’ont pas dit leur dernier mot…
“Réparer et entretenir” est donc à l’ordre du jour, remplaçant dans les discours les notions de “démolir et reconstruire”. Ceci, au nom de la préservation des ressources. Au-delà de cette évolution, qui pourrait devenir une tendance de fond dans les années qui viennent - il est de plus en plus question de bâtiments à vies multiples -, il ne faut pas négliger la conservation de l’existant. Car finalement, la meilleure manière de pérenniser un bien est d’en prendre soin, tout au long de sa vie.

Frédéric Gluzicki
Directeur de la publication